Les histoires de Jean peu ordinaires

QUID ?

Découvrez ou retrouvez l'ambiance des  "Histoires de Jean peu ordinaires" à travers Jean, le narrateur et personnage récurent de ces récits humoristiques.

Interviews, présentations de textes et autres commentaires vous plongent (une fois de plus ?) dans l'univers déjanté de ces histoires avec une constante : l'humour.

Jean intervient aussi sur le compte EdNaNe de Twitter. Suivez et RT !  @ednaneLH

Posté par EdNaNe à 18:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Le mot de Kimberley Tarteen, critique à la revue littéraire "La Plume d'Anlfion"

Je ne connaissais pas Jean. C'est en déjeunant avec mon amie, Aude Van Delle, chroniqueuse à Cerumen FM qui l'a reçu dans son émission "Rien n'est son pareil" (voir le tome 4 de la série), que j'ai entendu parler de Jean pour la première fois.

Ses histoires et son univers de ouf m'ont intriguée et, lorsqu'on m'a proposé de l'interviewer, j'ai tout de suite accepté. Mais je ne suis pas une conne pour autant.

A travers les prochains messages, j'espère vous apporter un éclairage nouveau sur le personnage et ses textes.

K. Tarteen

Posté par EdNaNe à 13:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 mai 2015

Interview du 1° Mai 2015


Pour notre première entrevue, nous nous sommes donnés rendez-vous au centre-ville dans un tea-room devant un café. A la demande de Jean, je dois préciser que c'est nous qui nous attablons devant un expresso et non le tea-room qui est construit devant un bistrot. Ça vous dénote déjà un peu le bonhomme...
J'enclenche l'enregistreur.
- Bonjour, Jean.
- Bonjour, Kimberley... Puis-je vous appeler Kim ?
- Si vous voulez...
- Appelez-moi Jean, tout simplement, mais pas Je car on risque de ne plus savoir s'il s'agit de vous ou de moi.
- Oh, avec les conjugaisons...
- Tout le monde ne les connait pas et ça peut être traitre...
- De toutes façons je ne comptais pas vous appeler Je, je ne voudrais pas être à votre place.
- Pourquoi ?
- Je ne vous connais pas assez et la mienne me convient.
- Très bien, alors allez-y !
- J'y suis !
- Vous m'avez eu...!
- Aude m'a prévenue !... Bon, alors,allons-y... Jean, on vous connaît comme étant l'un des personnages et le narrateur de vos histoires peu ordinaires, vous êtes également l'auteur des sketches de Seneque + Ultra et des Fables du Robinet entre autres ; mais avant d'aborder vos oeuvres, je voudrais vous poser une question plus personnelle : quel est votre nom de famille ?
- Je ne vous le dirai pas.
- Pourquoi ?
- C'est une bonne question, je vous remercie de l'avoir posée.
- ... Et... ? Même pas une réponse de politicien ?
- Non... Bah, vous inquiétez pas, je vous
le dirai peut-être un jour !
- Bon, ben dans ce cas, abordons directement «Les histoires de Jean peu ordinaires». Il s'agit d'une série dont les 4 premiers tomes ont été publiés mais, si les 3 premiers sont construits comme des romans, le quatrième est différent...
- Exact. Mais je n'ai pas la prétention de qualifier ces livres de romans. Ce sont des récits avec un début, une fin et une intrigue même si ce sont des histoires sans queue ni tête mais mon propos est de raconter les choses avec humour en jetant un regard sur le comportement de nos contemporains qui ne compte pas pour rien. Le tome 4 est différent dans le fait que je ne raconte pas une histoire mais que j'invite le lecteur à une balade pour évoquer un certain nombre de thèmes comme la religion, le racisme, l'argent... Mais les ingrédients sont les mêmes que dans les autres tomes.
- En effet, on a droit à une séquence de Cerumen FM, un sketche, une fable, l'interactivité avec le lecteur...  Une autre caractéristique de ce tome 4 est qu'il est inachevé... Bizarre, non ? Pourquoi n'avez-vous pas attendu qu'il soit terminé pour le publier ?
- Pour deux raisons : En général, les œuvres inachevées font l'objet de publications posthumes. Or, moi j'aT4 - PTMG couv 11 x 18 light weightimerais connaître ça de mon vivant. Ensuite, j'ai encore des choses à raconter mais je n'ai actuellement pas suffisamment de matière pour le faire de façon satisfaisante alors j'ai envisagé cette solution qui me permettra un jour de publier une suite et fin de ces pensées multicolores sur terreau de matière grise.
- Eh bien, je vous le souhaite ! Pour l'heure, cette première interview touche à sa fin et je vous propose de nous retrouver dans une quinzaine pour continuer notre conversation autour de vos œuvres.
- Pouvez-vous être plus précise ? Quel jour ? A quelle heure ? Au même endroit ?
- On s'appelle !

J'arrête l'enregistrement et prends congé de Jean qui m'avoue s'être laissé surprendre par ma dernière réponse. Ce qui ne me déplaît pas car Aude m'avait prévenu que le bonhomme aimait bien avoir le dernier mot quitte à être déroutant.

K. Tarteen

Posté par EdNaNe à 11:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

LE MOT DE JEAN SUR L'ACTU -1

Comment Jean1

Posté par EdNaNe à 12:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 mai 2015

Interview du 14 Mai 2015


Pour notre deuxième conversation nous nous sommes donnés rendez-vous au même endroit à la même heure. Mais il a fallu nous rendre à l'évidence : les lieux sont bondés ce jour-là. Un repli s'impose. Nous optons pour un jardin public, un banc à l'ombre des marronniers.
Avant que je n'aie le temps de commencer, Jean intervient :
- Ça a été un peu short, la dernière fois, je n'ai même pas eu le temps de dire quelques conneries que déjà c'était fini !
- J'avais un rencart...!
- Et aujourd'hui ?
- Non...
- Alors on pourrait dîner ensemble, ce soir !?
- Oh, doucement...!
- Je ne suis même pas encore entré dans le vif de votre sujet...!
- Bon, allez, sérieusement...
- Avec moi, être sérieux ? Vous voulez rire !?
- C'est ce que j'espérais en vous interviewant mais je dois reconnaître que je ne me suis pas encore vraiment éclatée...
- Comme vous y allez franco ! Mais vous n'êtes pas une bombe non plus, soit dit en passant. Cela étant, pour votre information, sachez qu'en général ce ne sont pas mes interlocuteurs qui sont succeptibles de rire mais ceux qui nous écoutent ou me lisent !
Je dois avouer que là, il m'a un peu scotchée. Je reprends vite de l'assurance pour changer de sujet :
- Justement, à propos de lire, parlons de vos histoires... Elles nous font aussi voyager...
- Effectivement. Le «camp de base», c'est l'Alsace (tout au moins dans les quatre premiers tomes), de là on fait des incursions en Allemagne, une excursion en Espagne, des vols vers le Viêt Nam...
- A vols d'oiseaux, vous pensez ?1_CPR couv- RGB
- Vous faites allusion à la perruche rouge de Camille... Il est vrai que ce livre et le suivant sont orientés vers l'Asie.
- Il n'y a pas que les voyages géographiques, il y a aussi vos voyages temporels...
- Oh, juste de petits sauts...
- Tout de même !....
- C'est à la portée d'un petit sot, je n'y suis pas pour grand chose.
- Vous ne voulez pas en dire plus...?
- Non, car je ne maîtrise pas ça... Je ne suis pas un maître du temps, je ne travaille pas à Fort Boyard.
- Bien, on y reviendra peut-être parce qu'il y a quelque chose qui me turlupine...
- Savez-vous que, contrairement à ce qu'on pourrait penser, «turlupine» n'est pas une contraction de «turlute» et de «pine» ?
- Oui, je sais, sinon ça voudrait dire que je m'agite sur mon siège tout en vous parlant la bouche pleine.
- Oh, bravo ! Bon, alors poursuivons.
- Dans vos récits, vous faites allusion à des événements ou des faits d'actualité, or certains sont anciens....
- Il faut savoir que «Camille et la perruche rouge» a été écrit entre 2003 et 2010 ; l'histoire elle-même se déroule sur cette période. Les références à l'actualité se font donc sur ces mêmes années et il en est ainsi pour chacun des tomes... pour l'instant.
- Que voulez-vous dire par «pour l'instant» ?
- Eh bien, dans le tome 5, l'essentiel de l'action se déroule au temps des Carolingiens... ce qui n'empêche pas les allusions à notre époque, bien sûr.
- En revanche, pas de séquence «Cerumen FM» puisque la radio n'existait pas en ce temps-là...!

- Et pourtant !
- Ah bon ?
- Oui.
- Mais comment...
- Chut !
- C'est donc un roman historique qui s'annonce...?
- Oh, je ne sais pas si ça restera dans les annales...!
- Je voulais dire : au sens que le récit à trait à l'histoire.
- Oui, mes récits sont en général des histoires.
Il m'énerve. Je reprends :
- Une histoire qui se déroule dans le cadre de l'histoire de France...!
- Pas tout à fait, puisqu'à l'époque la France n'était pas encore constituée. Je dirai plutôt l'histoire des Francs.
- C'est donc ce qu'on appelle couramment «roman historique»
- Je ne qualifierais pas mes écrits de romans, ce serait prétentieux...
- Oui, vous l'avez déjà dit, alors passons... Et ce tome 5 sortira quand ?
- Oh ! Là, ma bonne dame...! Il devait sortir fin de l'année dernière, mais je crois que ne sera pas possible...
- Forcément, on est l'année suivante !
- Ça ne veut rien dire, croyez-moi... Toutefois, je pense que d'ici cet automne ou cet été, «le vase de Soissons à trois clous» sera publié.
- Ah ! Serait un scoop ? Votre cinquième tome s'appellera « le vase de Soissons à trois clous» ?
- Je songe effectivement à définitiver ce titre provisoire.
- Je suis impatiente d'en avoir un exemplaire !... A propos de publications, parlons un peu de couvertures.
- Je n'en ai pas, je ne travaille pas à la DGSE. En revanche, j'avais une amie espionne et il en est question dans «le générateur de gréons»...
- Évidemment, nous ne parlons pas de la même chose...
- Ah ! La couverture du lit ? Pour vous y glisser, mieux vaut le faire en hiver... Maintenant, si vous voulez profiter de mes draps, ils sentent bon la lavande car...
- Vous le faites exprès !?
- J'avoue. Que voulez-vous savoir ?
- Que représentent-elles ?
- Je ne voudrais pas avoir l'air de tirer la couverture à moi, mais c'était mon idée de faire simple pour se démarquer des photos habituelles et être plus visible ;  ainsi ce sont des dessins figuratifs qui ornent la une,  en rapport direct avec l'intrigue, hormis pour le tome 4...
- Qui fait toujours exception...
- Évidemment, comme il n'y a pas d'intrigue, l'illustration reprend l'idée du titre.
- Et il y a une petite vignette, en-haut à gauche...
- Une photo en rapport avec un passage du livre.
- Love, love me do, you know I love you...
- Ah ! C'est mon téléphone, excusez-moi... Oui... Oui.. Oh mince ! Heureusement que tu m'as appelé, j'ai failli oublier ! Merci ! A tout de suite !
- Si je comprends bien, notre entrevue touche à sa fin ?
- Désolé, Kim, cette fois, c'est à mon tour d'avoir un rencart.
Jean prend congé et moi j'arrête l'enregistrement. Forcément. En plus, on n'a même plus reparlé de diner ensemble. Zut !

K. Tarteen

Posté par EdNaNe à 21:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 octobre 2015

LE MOT DE JEAN SUR L'ACTU -2

Grande journée de manif de la police. En ce qui concerne le nombre de manifestants, qui faut-il croire, les syndicats ou la police ?

Posté par EdNaNe à 15:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 mars 2016

Interview du 10 mars 2016

Une nouvelle fois, nous ne retrouvons chez Jean, cette fois dans le cadre de la sortie de son nouveau livre.


- Bonjour, Jean.
- Bonjour, Kimberley.
- Voilà déjà neuf mois qui se sont écoulés depuis notre dernière rencontre, le temps de faire un bébé, en quelque sorte !...
- Félicitations ! Mais je ne suis pas le père ; nous n'avons fait que parler !...
- Bien entendu ! Autre chose n'aurait pas eu mon assentiment ! Mais  je n'ai pas eu d'enfant ; en revanche,  vous,  vous avez accouché du livre intitulé "un vase de Soissons à 3 clous "
- En effet, enfin le tome 5 de mes histoires peu ordinaires !
- On remarque d'emblée quelques différences d'ordre général par rapport aux précédents : vous narrez au passé et le personnage célèbre que l'on rencontre ne fait pas qu'une courte apparition mais est l'un des personnages principaux...
- Effectivement. Cela tient au fait que,  dans les précédents récits, je raconte des histoires qui arrivent à des personnes de mon entourage et auxquelles je suis plus ou moins mêlé ; des événements contemporains que je narre donc au présent. Le récit du tome 5, lui, est tiré du Grimagine qui relate des faits survenus en des temps révolus depuis plutôt longtemps. D'où l'utilisation du passé. Et, comme dans la plupart des témoignages historiques, on y trouve essentiellement des faits ayant concerné des événements et des personnages importants. N'ayant pas encore déchiffré tout le Grimagine -loin s'en faut ! - j'ai choisi de parler de cette époque du Moyen-âge et de montrer notre célèbre empereur Franc sous un autre jour.
- Néanmoins, on retrouve dans ce récit les mêmes ingrédients que dans les autres, et,  chose surprenante, même une émission radio !
- Eh oui ! J'ai été tout aussi surpris de lire dans le Grimagine que Cerumen FM avait été entendu à l'époque de Charlemagne !
- Et puis,  en fin de compte, vous avez également été mêlé à l'aventure... Vous avez d'ailleurs même pu toucher la fameuse coupe...
- Non. Je l'ai vue mais je ne l'ai pas touchée...!
- C'est vrai, mon enthousiasme m'a conduite à ce lapsus...
- Ce lapsus m'habite également de temps à autres...
- Je me disais aussi...
- Quoi ?
- Que notre conversation gardait anormalement longtemps une tournure conventionnelle.
- Tout arrive à point pour qui sait attendre !
- Oui... Donc,  je voulais dire "toucher du regard", bien entendu...
- J'avais compris. Le lapsus résidait dans l'ommission du complément qui précisait votre pensée...
- C'est cela... Alors,  cette fameuse coupe, où se trouve-t-elle à présent ?
- Mystère et balle de golf !
- Vous voulez dire "boule de gomme "...
- Je ne veux rien dire ! Vous imaginez bien la convoitise qu'elle peut susciter !
- Je comprends... Mais, pour finir,  je voudrais revenir un bref instant sur quelques éléments du texte : la fable du vautour,  c'est dans le Grimagine que vous l'avez trouvée où est-ce un extrait des "Fables du Robinet" que vous avez greffé dans le récit ?
- Haha !  C'est un petit secret...!
- Vous êtes peu prolixe !... Bon,  allez -vous alors répondre à la question suivante ?
- Posez-la.
- Gardez-vous des contacts avec Hilde ?
- Oui.  Je vais même vous faire une révélation : Hilde est en quelque sorte une de mes ancêtres...
- En quelque sorte ?
- Notre filiation n'est pas établie mais nous avons de nombreux points communs et certains objets  qui nous relient... dont l'armoire et le Grimagine...

- Très bien. Eh bien il ne me reste plus qu'à prendre congé et à souhaiter bonne lecture à nos lecteurs ! A une prochaine, Jean !

- J'espère, Kim !

K. Tarteen

Conversation ouverte. 1 message lu.
Cliquez ici pour activer l'affichage de notifications sur le Bureau pour Gmail.   En savoir plus  Masquer
 
 
Plus
 
1 sur 1
 
 

 

Interview Jean Mars 16

Boîte de réception
x

Haojack

Pièces jointes 19:23 (Il y a 1 heure)
   
À moi

 

Cliquez ici pour Répondre ou pour Transférer le message.
0,01 Go (0 %) utilisés sur 15 Go
Dernière activité sur le compte : Il y a 3 minutes
Détails
 
  Hao Jack
 
 
Afficher les détails

 

interview jean
- Bonjour, Jean.
- Bonjour, Kimberley.
- Voilà déjà neuf mois qui se sont écoulés depuis notre dernière rencontre, le temps de faire un bébé, en quelque sorte !...
- Félicitations ! Mais je ne suis pas le père ; nous n'avons fait que parler !...
- Bien entendu ! Autre chose n'aurait pas eu mon assentiment ! Mais je n'ai pas eu d'enfant ; en revanche, vous, vous avez accouché du livre intitulé "un vase de Soissons à 3 clous "
- En effet, enfin le tome 5 de mes histoires peu ordinaires !
- On remarque d'emblée quelques différences d'ordre général par rapport aux précédents : vous narrez au passé et le personnage célèbre que l'on rencontre ne fait pas qu'une courte apparition mais est l'un des personnages principaux...
- Effectivement. Cela tient au fait que, dans les précédents récits, je raconte des histoires qui arrivent à des personnes de mon entourage et auxquelles je suis plus ou moins mêlé ; des événements contemporains que je narre donc au présent. Le récit du tome 5, lui, est tiré du Grimagine qui relate des faits survenus en des temps révolus depuis plutôt longtemps. D'où l'utilisation du passé. Et, comme dans la plupart des témoignages historiques, on y trouve essentiellement des faits ayant concerné des événements et des personnages importants. N'ayant pas encore déchiffré tout le Grimagine -loin s'en faut ! - j'ai choisi de parler de cette époque du Moyen-âge et de montrer notre célèbre empereur Franc sous un autre jour.
- Néanmoins, on retrouve dans ce récit les mêmes ingrédients que dans les autres, et, chose surprenante, même une émission radio !
- Eh oui ! J'ai été tout aussi surpris de lire dans le Grimagine que Cerumen FM avait été entendu à l'époque de Charlemagne !
- Et puis, en fin de compte, vous avez également été mêlé à l'aventure... Vous avez d'ailleurs même pu toucher la fameuse coupe...
- Non. Je l'ai vue mais je ne l'ai pas touchée...!
- C'est vrai, mon enthousiasme m'a conduite à ce lapsus...
- Ce lapsus m'habite également de temps à autres...
- Je me disais aussi...
- Quoi ?
- Que notre conversation gardait anormalement longtemps une tournure conventionnelle.
- Tout arrive à point pour qui sait attendre !
- Oui... Donc, je voulais dire "toucher du regard", bien entendu...
- J'avais compris. Le lapsus résidait dans l'ommission du complément qui précisait votre pensée...
- C'est cela... Alors, cette fameuse coupe, où se trouve-t-elle à présent ?
- Mystère et balle de golf !
- Vous voulez dire "boule de gomme "...
- Je ne veux rien dire ! Vous imaginez bien la convoitise qu'elle peut susciter !
- Je comprends... Mais, pour finir, je voudrais revenir un bref instant sur quelques éléments du texte : la fable du vautour, c'est dans le Grimagine que vous l'avez trouvée où est-ce un extrait des "Fables du Robinet" que vous avez greffé dans le récit ?
- Haha ! C'est un petit secret...!
- Vous êtes peu prolixe ! ... Bon, allez -vous alors répondre à la question suivante ?
- Posez-la.
- Gardez-vous des contacts avec Hilde ?
- Oui. Je vais même vous faire une révélation : Hilde est en quelque sorte une de mes ancêtres...
- En quelque sorte ?
- Notre filiation n'est pas établie mais nous avons de nombreux points communs et certains objets qui nous relient... dont l'armoire et le Grimagine.
Interview 03 2016 Jean.txt

 

Affichage de Interview 03 2016 Jean.txt en cours...

Posté par EdNaNe à 20:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 mai 2016

Interview du 8 juin 2015


Nous nous sommes cette fois retrouvés chez Jean. Celui-ci s'étant fait une entorse à la cheville qui a enflé malgré sa modestie, il avait du mal à se déplacer d'autant plus qu'il n'est pas un mouton à cinq pattes (sic).
Comme Aude, j'ai pu ainsi découvrir le poteau rose, son lézard Marcio ou encore quelques souvenirs de jeunesse tels que la lime à épaissir, le marteau à bomber le verre et un rouleau de ligne de mire. Rien que de très ordinaire...

- Je voudrais aujourd'hui aborder un aspect particulier de vos récits. On sait que l'humour en est le moteur, que vous jetez au passage un regard sur la société et que vous nous faites voyager... mais je trouve que vous jouez aussi au lièvre de Pâques...
- Vous voulez dire que je fais ça comme un lapin ? Ou cela aurait-il un rapport avec les oeufs ?...
- Vos allusions... disons... coquines, je les avais remarquées mais ce n'est pas là le propos que je voulais tenir. Il s'agit plutôt de votre propension à cacher ou à glisser des «choses» dans vos récits et que le lecteur découvrira par hasard ou ira dénicher s'il est au parfum : des passages en alexandrins, un mot sans sens, des allusions masquées à des événements, des lieux ou des personnes, une célébrité de passage...
- Effectivement, un peu comme les caricatures et les allusions dans les albums Astérix... Une influence, certainement.
- Puis-je citer l'un ou l'autre exemple ?
- Allez-y !
- Je pense tout d'abord à votre «digression sur le mammouth», ne serait-ce pas une allusion à l'expression malheureuse qu'avait employé un ministre de l'éducation nationale...?
- En effet, une phrase. allègrement prononcée en 1997 et qui a fait le buzz comme on dit aujourd'hui !
- Merci d'avoir confirmé mon idée... Ailleurs, dans une conversation entre les soeurs Iké...
- Hymane et Hélène ?
- Exactement... En parlant d'Omar Sharif, la grande dit à la plus jeune «il a le charme et le chèque...» Quand on sait qu'Omar est égyptien, on reconnait Charm el cheik...!
- Bien vu !
- J'ai aussi réussi à trouver votre présence lors de l'inauguration du Wokizza...
- Je suis pourtant bien caché !
- C'est vrai mais en...
- Hé ! Ho ! Stop ! Vous n'allez tout de même pas tout dévoiler, non !?
- Je ne suis pas musulane, après tout...
- Vous êtes nudiste ?
- Non, naturellement !
- Bon, alors jetons un voile sur les révélations !
- Comme vous voulez... Parlons alors des citations en tête de chaque chapitre...
- Je reprends en général des paroles tenues par les personnages mais cela peut être, une citation d'une personne célèbre (en général un chanteur) ou un jingle... Cela ne résume ou n'introduit pas forcément le chapitre concerné mais il y a toujours un rapport avec un passage.
- Quant à succession des chapitres...
- Chut ! Là encore, laissons-en pour les lecteurs...
- J'aurais également une question au sujet du nom de vos personnages : ils forment des mots ou des locutions...
- Le vôtre en est un parfait exemple, Kimberley Tarteen !
- Merci. Aude Van Delle, elle, a même su l'exploiter en tant que chroniqueuse à Cerumen FM en intitulant son émission «Rien n'est son pareil».
- Une référence à Philippe Vandel, faut-il le préciser...!
- Cela dit, je dois avouer que je n'ai pas compris Tara Funfgram ou Arthur Dreissig, par exemple.
- Car ces noms ont une signification en allemand. En effet, la signification des noms doit pouvoir se comprendre soit en français soit dans la langue nationale du personnage concerné.
- Ach so !?
- Eh oui !
- Ceci explique cela... Et les noms de lieux ?
- Réels.
- Cinq-Mars-La-Pile, ça existe donc vraiment ?
- Bien évidemment ! Je n'aurais pas parlé de Troyes et de Sète en inventant les autres villes !
- Ho, avec vous, tout est possible ! D'ailleurs ces voyages dans le temps en sont un exemple. A ce sujet : le Grimagine...
- Un ouvrage que j'ai trouvé par hasard. On en parle dans le tome 4 avec Aude...
- Mais n'aurait-il pas un rapport avec vos incursions dans le futur ?
- Il retrace le passé..!
- Le présent est le futur du passé !
- C'est donc là, ce qui vous turlupine !?
- Effectivement !
- Hé bien... Je ne peux pas vous répondre car l'explication devrait faire l'objet d'un passage dans l'une des histoires peu ordinaires à venir.
- Bon, sur ces mots, je vous propose d'arrêter l'interview en donnant rendez-vous à la prochaine... d'ici une quinzaine.
- Vous avez un rencart ?
- Non, mais j'ai un creux et toutes les bonnes choses ont une fin !
- Comme.vous !
- Que voulez-vous dire ?
- Vous êtes bonne et vous avez faim !
Je suis vexée, je réplique :
- Je ne suis pas une chose et peut-être.plaisante mais pas «bonne» !
- Je n'ai pas dit que vous êtes une chose et je vous trouve bonne professionnellement !
Évidement, comme toujours il s'en sort avec une pirouette !


K. Tarteen

Posté par EdNaNe à 15:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 janvier 2017

RENCONTRES D'UN AUTRE TYPE - 1

- Dites-moi, Charles, que fait-donc Elizabeth dans le jardin avec une pelle par ce froid ?

- La reine déneige.

Posté par EdNaNe à 21:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2017

La réflexion du jour -1

Je viens de me rendre compte que, sur les réseaux sociaux, beaucoup de gens utilisent une vue de face pour leur photo de profil...!

Résultat de recherche d'images pour "janus"

Posté par EdNaNe à 10:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]